Retour aux articles
Programme de fidélité
3 min

Restos : pourquoi garder son indépendance face aux plateformes de livraison de repas à domicile

L'équipe Pongo
December 4, 2019

 Les plateformes de livraison de repas à domicile, c’est bien… A condition de ne pas tomber dans l’excès ! Pour un restaurateur, il est essentiel de savoir profiter des opportunités sans y laisser son indépendance. Sans quoi, vous pourriez rapidement avoir l’impression de travailler pour Uber Eats ou Deliveroo.

Des commissions à la hausse, autour de 30%

 Tout d’abord, il ne s’agit pas de rejeter les plateformes en bloc… La livraison de repas à domicile peut apporter beaucoup, que vous soyez en restauration classique ou « fast & good ». Elle croit beaucoup plus vite (+20% de chiffre d’affaire en 2018 en France) et se diversifie de plus en plus au-delà du trio gagnant pizza-sushi-sandwich. L’avantage, c’est qu’elle permet aux restos de se diversifier, générant du CA sans trop investir et sans occuper la salle.

 

L’inconvénient, c’est qu’elles coûtent cher ! A trop se reposer sur les plateformes de livraison, l’addition peut être salée pour les restaurateurs. Dans un marché où quelques plateformes dictent les conditions, il reste peu de place pour la négociation si vous n’êtes pas vous-même une grande enseigne.

 

Et la tendance est à la concentration : face à la concurrence effrénée, beaucoup de plateformes ont jeté l’éponge. Exit, les Take Eat Easy, Foodora et autres Tok Tok Tok. Dans ce combat à mort, il ne reste que l’américain Uber Eats et les britanniques Deliveroo et Just Eat. Régulièrement déficitaires dans la plupart des villes, ils n’ont pas l’intention de baisser leurs commissions – à hauteur de 30% de l’addition chez Uber Eats ou Deliveroo.

Le problème avec les plateformes de livraison de repas à domicile

Au-delà du prix de la commission, les plateformes de livraison ont des effets pervers sur les restaurants. A l’image des plateformes de réservation de table, elles vous apportent parfois des clients qui vous connaissaient déjà. A l’arrivée, ce n’est pas tant la plateforme qui vous envoie des clients, que l’inverse. Beaucoup de restaurants se retrouvent à payer des commissions élevées sur des clients qui leur appartiennent déjà.

 

Les plateformes de livraison ont un autre défaut : elles incitent les restaurants à offrir des promotions pour se démarquer dans une offre pléthorique. Les réductions mises en avant sur le site poussent les gérants à brader leurs repas, baissant encore leurs marges (déjà affectée par les commissions).

 

Enfin, les plateformes ont le défaut de rajouter un intermédiaire entre vous et vos clients. L’ajout de valeur est avant tout pour la plateforme : c’est elle qui détient le fichier client, si important pour développer des actions de communication.

En profiter sans y laisser son indépendance

 

Si la livraison à domicile peut générer un vrai bond de chiffre d’affaire, beaucoup de restaurateurs déchantent car les marges baissent. Ils ont aussi beaucoup à y perdre, et notamment le plus important : leur indépendance. Personne ne veut répliquer ce qui s’est passé avec l’industrie de l’hôtellerie, où les plateformes de réservation (Booking, Hotel.com, Trivago…) dictent aujourd’hui leurs conditions à des hôteliers captifs. 

 

Alors, comment en profiter sans y laisser son indépendance ? Certains restaurants sont passé à l’action et montent leur propre flotte de livreurs, prenant les commandes en solo ou via Just Eat qui propose une commission allégée sans livraison. Internaliser la livraison devient bien plus rentable à partir d’un certain volume.

 

Autres possibilités : utiliser les plateformes de livraison de repas à domicile tout en activant en parallèle des solutions qui créent du lien avec les clients, sans intermédiaire. SMS marketing, fidélisation… C’est notamment ce que vous propose Pongo à travers plusieurs formules pour garder le contrôle sur votre relation client, en toute indépendance !